J 120 – 28 août. Mile 2464 puis Leavenworth.

Spread the love

L’enchantement du Washington continue. Au terme d’une magnifique étape alpestre, je suis transporté ce soir au coeur de la Bavière en découvrant la petite ville de Leavenworth.

Pour cela il m’a fallu user la semelle sur un parcours de plus en plus exigeant. Une succession de montées et descentes sur tous les sols possibles. Des corniches sableuses aux éboulis de roches en passant par les tourbières humides et les tapis d’aiguilles.

Il y a bien aussi quelques rivières à traverser. Des plus affolées aux ruisseaux paisibles. Mais sans difficulté grâce aux pierres de gué ou aux petits ponts de bois.

Une fois n’est pas coutume, je me mets en route à 6h30. Ça grimpe fort, ce qui n’est pas pour me déplaire. Et puis j’envisage, sans garantie d’y arriver, de faire les 30 miles qui me séparent de Steven’s Pass et de la prochaine route.

Le beau temps et la chaleur atténuent les difficultés. Car on devine la rudesse des lieux sous un ciel moins clément. Il suffit de traverser les tronçons de forêt primaire ou de tenter de garder l’équilibre sur les éboulis pour comprendre que cette montagne subit les affres du temps (dans tous les sens du terme).

Je mesure la forme physique à la manière dont j’aborde les descentes. En effet, je fais partie de ceux qui préfèrent quand le chemin monte. Mais aujourd’hui, motivé par le terme de l’étape, je fais preuve de souplesse et entame chaque descente sur un rythme de trailer, entre marche et course à pied. Il m’a fallu presque 4000 km pour enfin trouver le bon rythme.

Hyas Lake
Hyas Lake

Si le Washington est surnommé « Evergreen state », c’est bien sûr pour son manteau de forêts profondes et denses. Mais j’ajouterais volontiers la teinte émeraude de ses nombreux lacs. Une splendeur dont je ne me lasse pas.

Déception Lakes
Deception Lake I
Deception Lake II
Deception Lake III

Je maintiens une allure élevée qui me permet d’atteindre Steven Pass et ses pistes de mountain bike vers 17h30. De cette station sans charme, la route offre trois options : rester ici (un hôtel), faire du stop pour Skykomish à l’ouest, idem pour Leavenworth à l’est. Je choisis cette troisième possibilité car quelques Sobos rencontrés à Packwood m’avaient recommandé cette ville.

La première voiture qui passe s’arrête. Hiker Friendly Washington ! Greg va ainsi me faire l’article de Leavenworth et de ses brasseries et restaurants bavarois. Trente minutes intéressantes et sympathiques.

Greg, ne laisse jamais un hiker au bord de la route

Et me voici transporté dans un mini Munich (ou Bamberg si vous connaissez) où les descendants d’une communauté bavaroise entretiennent les traditions et le savoir vivre.

Je trouve (merci Booking) un hôtel confortable à prix bradé où je peux faire une lessive et quelques longueurs dans une piscine intérieure. Après avoir acheté de nouvelles chaussettes et renouvelé mon stock de nourriture, je prends plaisir à flâner dans cette ville étonnante. Non sans avoir fait le plein de calories et de houblon à une cantine bavaroise typique.

Place du centre-ville
Idem
Taverne
Magasin d’articles de sport

De tels moments sont appréciables et appportent un terme peu banal à une magnifique journée sur le PCT.

Think of u

Un commentaire sur « J 120 – 28 août. Mile 2464 puis Leavenworth. »

  • 3 jours de plus et 3 jours de moins avant l’arrivée finale. Un accident à 250 miles de la fin qui aurait pu vous coûter cher. Heureusement rien de grave… Toujours surpris de voir qu’au fond du Washington, comme au fond du Texas, on retrouve les mêmes villages qui semblent totalement sorties de leur contexte. Bon Courage !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.