J 126 – 3 septembre. Mile 2622.

Spread the love

Cette fois c’est la dernière. En faisant mon sac, je vérifie qu’il me reste suffisamment de nourriture pour les trois prochains jours. Il n’y aura plus de « zero » ou de « nero », plus de ville ou de village avant le Canada.

Je trouve facilement une voiture pour me ramener sur le PCT. En discutant de mon périple avec Eve et Randy, ils s’enthousiasment pour cette fin de parcours.  » Dans trois jours, c’est le Canada. Vous devez être fier de vous ? ». Je fais une moue dubitative, je ne m’étais jamais vraiment posé la question. Mais tout naturellement, je réponds que « oui, je suis fier d’être allé au bout de ce qui n’était encore qu’un rêve il y a quatre mois ». Finalement, la vie ne nous donne pas toujours l’occasion d’éprouver ce sentiment. Autant le reconnaître et l’apprécier pleinement.

Eve et Randy, trail angels.

Difficile, d’ailleurs, d’exprimer ce que je ressens. Il y a à la fois de la joie et de la tristesse. Comme la fin d’un très bon roman (quand il ne reste que quelques pages à lire) dont on ne voudrait jamais quitter l’histoire. Mais aussi, c’est vrai, une forme d’accomplissement, de victoire sur soi-même. Un immense plein de confiance.

Et toi, t’en penses quoi du PCT ?

La fin du North Cascade est juste magnifique. Je ne pouvais rêver plus bel épilogue pour cette aventure. Quelques conifères habillent élégamment de belles montagnes couvertes de buissons et de fleurs. Le regard porte loin vers des pics enneigés et un ciel étonnamment clair.

Evergreen State
sometimes golden…
…and red
but so beautiful

Aux confins de l’Amérique des grands espaces, il règne un parfum de liberté. Rien d’oppressant dans ce bout du monde oublié des routes. Tel mes collègues hikers, je marche d’un pas alerte. Le corps délié, façonné par plus de 4200 kilomètres à pied, semble invincible et paré à toutes les fantaisies du chemin. Lequel déroule ses derniers miles dans une succession de montées et descentes.

Après Rainy Pass

Entre Rainy Pass et Hart Pass, le parcours est exigeant. Le temps passe vite car l’esprit est occupé à déchiffrer les multiples sensations provoquées par ce « final ».

Parfois, dans les passages offrant une vue dégagée sur l’horizon, je m’assois dos à la paroi juste pour contempler le paysage. Impossible de se lasser des « crêtes du Pacifique ».

C’est beau
C’est grand
C’est loin

Alors que je pensais m’arrêter à Glacier Pass (qui porte mal son nom), je me sens suffisamment en forme pour poursuivre jusqu’à Harts Pass. C’est la toute dernière route forestière avant le Canada. L’endroit est également réputé pour son trail magic.

Pas besoin de GPS

En effet, de nombreux hikers n’ayant pas le permis spécial pour entrer au Canada, après avoir atteint la borne frontière du Monument 78, rebroussent chemin vers Harts Pass où ils peuvent éventuellement trouver un véhicule pour Mazama ou Winthrop. Harts Pass est donc un col fréquenté où se retrouvent les hikers ayant fini leur PCT et ceux en passe de le terminer.

Quand j’atteins ce col, au prix d’une dernière succession de montées et descentes abruptes, je suis récompensé de mes efforts.

Un des derniers cols
Harts Pass

Il y a là un petit noyau d’humanité autour d’un feu de camp. Quelques tentes et une table remplie de victuailles. Ils m’accueillent tous chaleureusement. Parmi eux, il y a notamment un couple de trails angels originaires de Québec (mais résidant en Alberta): Hélène et Mathieu. Et deux PCT hikers ayant déjà atteint la frontière: Druid (Texas) et Stock foot (Nevada). Ainsi que quelques « section hikers ».

Stock foot, Druid, two Sisters, Hélène et Mathieu.
Hmmm, des gâteaux !
Affamés, ne pas s’abstenir !

Je vais passer ici une soirée vraiment sympathique, manger à ma faim et discuter du chemin (et de la vie) autour du feu. Un de ces moments simples et humains qui sont le sel de cette aventure. Puis, après une averse orageuse, je pars installer la tente pour une nuit réparatrice.

Canada, j’arrive !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.