J 108 – 16 août. Cascade Locks (Puis Mile 2154)

Spread the love

Réveillé tôt ce matin par la présence d’un animal autour de la tente. Je pense qu’il s’agissait d’un gros rongeur, plus bruyant que dangereux.

Le temps est humide et brumeux. Sur les 16 miles qui mènent à Cascade Locks, je vais en parcourir une bonne partie dans me brouillard.

Réveil dans la brume
Horizon bouché

Le chemin, après quelques montées classiques, va plonger vers la vallée de la Columbia River. Par moments, on aperçoit le fleuve (très large) mais l’essentiel de la descente se fera en sous-bois.

Vue sur le fleuve Columbia
Et l’Etat de Washington

Ainsi l’arrivée sur Cascade Locks se fait tout en douceur. Le PCT passe sous la highway et aboutit juste en face du « Bridge of the Gods ».

Sous la highway
Passage d’un état à un autre

Ce pont devenu mythique marque le passage de l’Oregon à l’état de Washington. Enjambant la Columbia river dans sa partie la plus étroite. J’ai en mémoire la scène de la fin du film « Wild », où Sheryl Strayed termine son aventure. Ces mots font écho à nombre de sensations qui m’animent. Ce n’est pas la fin, bien sûr, mais cela ressemble à un passage symbolique vers autre chose. Il reste 500 miles et de nombreuses années, je l’espère, pour en mesurer la valeur.

Bridge of thé Gods I
Bridge of thé Gods II
Bridge of thé Gods III

Je photographie le pont sous toutes les coutures. Des touristes me prennent en photo. Une marchande de primeurs m’offre des pêches et une barquette de myrtilles. Je ne suis étonné de rien.

Après un hamburger pris au Bridgeside, je me dirige vers le campground réservé aux PCT hikers. Pour cause de PCT days, il a été déplacé sur la petite île adjacente.

Un hamburger avec vue sur le pont
Entrée du campground

Il règne une ambiance de festival. De très nombreuses tentes sont installées. Il doit y avoir des centaines de hikers (pas tous thru) et de touristes. Le village des exposants va ouvrir et la ville attend encore plus de visiteurs.

Entrée du village des PCT days

Je suis un peu « étourdi » par cette foule. Après des jours quasi en solitaire dans le Wilderness, loin de tout cela, c’est difficile. Je reste un long moment allongé dans l’herbe, à observer l’arrivée des hikers. Le temps aussi de passer quelques appels en France.

Marine Park Island
Et son alignement de tentes
Vue du pont

Hey Viggo! Je reconnais Crocodile qui vient vers moi. Nous échangeons nos impressions. Il est arrivé hier et à pris un zéro ce vendredi. Nous envoyons un message à Psycho (sans doute à Timberline). Puis visitons le village des exposants. Je résiste (facilement) à l’envie d’acheter du nouveau matériel. Finalement, j’ai déjà tout ce qu’il faut. Un autre enseignement du chemin.

Puis je prends la décision de ne pas rester. Le temps de faire quelques courses et de recharger l’électronique, je me dirige vers le pont pour rattraper le PCT et poursuivre le chemin. Non pas que l’appel du Canada soit plus fort que tout, mais je préfère la tranquillité de certains lieux pour passer une (demi) journée de repos. Ainsi, je pense profiter de Trout Lake, dans moins de 3 jours, pour me relaxer. Le sauvage l’a emporté sur le sociable. Mais l’essentiel est d’être en accord avec soi.

Un passage

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.