J 28 – 28 mai Mile 541

Spread the love

Après la longue journée d’hier et une nuit confortable, le réveil est difficile. Toutefois, le beau temps semble disposé à nous accompagner pour une vraie traversée de désert. En effet, une grande partie de la journée va être consacrée à parcourir l’extrémité ouest du désert de Mojave. Donc, du sable, des cactus et peu d’ombre en perspective.

Avant de quitter Hiker town, nous pensons à boire beaucoup et à nous charger de 5 litres d’eau chacun. Car sur une section de 18 miles, il n’y aura pas de point d’eau.

Malgré la chaleur, les sensations sont bonnes et le fait de marcher sur une surface plane est plutôt agréable. Très rapidement nous arrivons sur le canal et l’aqueduc de Mojave qui alimentent en eau l’agglomération de Los Angeles.

Ça commence…
Canal d’alimentation en eau de L.A

Ça fait partie des images classiques du PCT. Marcher sur cette immense et longue conduite d’eau en fonte a quelque chose de mystique. Le paradoxe d’avoir sous ses pieds des mètres cube d’eau et d’être écrasé par la chaleur sèche du désert.

L’aqueduc
C’est tout droit

Au loin se profilent des montagnes qui retiennent une couronne de nuages. Tout semble si près mais la perspective est trompeuse. Psycho avance vite. Nous convenons de nous arrêter régulièrement, en quête d’un coin d’ombre et pour nous hydrater. Le paysage alentour se résume à quelques citernes vides, des locaux abandonnés et de magnifiques arbres de Joshua.

I’m a poor lonesome hiker
Citerne…à sec
Les quelques spots ombragés

Vers midi, nous nous posons sous l’un d’eux pour une longue pause déjeuner. J’en profite pour m’assoupir un peu, comme si je n’avais pas totalement récupéré de la folle étape de la veille.

Arbre de Joshua
Pause méridienne
Sous les fruits de Joshua tree

L’après-midi, j’avance, plongé dans mes pensées, à plusieurs mètres de distance de Psycho. Pour traverser un désert pendant 20 miles, il faut tout mettre au ralenti et marcher à l’économie.

Vers 17 heures, nous accédons enfin à un point d’eau salvateur. Évidemment, c’est l’occasion de faire un break et engloutir au moins 3 litres. Puis commence une montée dans un parc d’éoliennes qui n’ont pas été mises là par hasard. Le vent souffle en rafales, il vient de face et ralentit totalement la progression.

Vers 19 heures, nous basculons dans un canyon totalement protégé du vent. En descendant, nous tombons enfin sur un cours d’eau et un terrain suffisamment plat pour poser les tentes.

24 miles au compteur et une vraie journée californienne ! Demain, c’est Tehachapi et ses hôtels.

2 commentaires sur « J 28 – 28 mai Mile 541 »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.