J 3 – 3 mai Mile 59,7

Spread the love

Vendredi 3 mai. Mount Laguna à m.59,7
La nuit a été agréable et réparatrice
Malgré l’altitude, il n’y a pas de rosée.
Le ranger qui vient taper la discussion nous annonce une journée très chaude.
La priorité du matin esr d’aller au Mount Laguna store pour un nouveau filtre à eau. Ils n’ont que des mini sawyer (tant pis et tant mieux ça fera l’affaire). La philosophie du PCT c’est de s’accomoder de ce qu’on trouve.

Mount Laguna store

Au passage, orgie de café et jus de fruits que l’on déguste sur le perron. Deux autre hikers ayant fait l’AT et le CDT bullent avec nous sans grande envie de partir.


Mavis part le premier. J’en profite pour partir aussi en solo. On en a un peu discuté; inutile de chercher à être ensemble. Chacun doit trouver son rythme .
A 10 heures, il fait deja 26 degrés . J’apprécie la varieté de paysages en si peu de temps. La sortie de Mount Laguna se fait dans des pinèdes sur un chemin souple.

Un sous-bois dans le désert

Je retrouve Wesley, alias « Psycho ».  On marche ensemble quelques minutes puis il s’arrête. Le chemin remonte fort en plein soleil. Je suis à nouveau en terrain de prédilection.
Je vais ainsi me retrouver seul une grande parie de la journée.
Les sensations sont bonnes et j’avance vite bien qu’ayant pour objectif de limiter les premières étapes à 20 miles.
La pause déjeuner a lieu au mile 43, dans un espace pique-nique Pioneer Mail) aménagé très agréable et propice à une mini sieste. C’est aussi un lieu de ravitaillement en eau. Le groupe se reforme le temps d’une pause puis naturellement se désagrège au fur et à mesure que chacun ressent le besoin de partir. Je passerai l’après midi en solo à observer de magnifiques panoramas sur la Mason Valley.

Le chemin sillonne en pente douce à flanc de montagne. Chaleur et soleil tempérés par l’altitude et le vent qui se lève.
A 18h30, Mavis a repéré un espace un peu protégé du vent et suffisant pour 4 ou 5 tentes. Il espérait bien être rejoint L’endroit est super. Même si je peux encore marcher une heure, je sais que la prochaine section est très exposée au vent. Je m’installe pour la nuit. Arrivent bientôt Rosi puis Psycho. Non loin de là, un jeune texan a planté sa tente entre 2 buissons. Il vient nous rejoindre pour discuter.

On monte le camp

Le repas est pris en quasi commun. En gros, chacun mange sa propre nourriture, le cul sur une pierre devant sa tente. La discussion tourne autour des perspectives d’aller prendre un vrai repas, une douche, etc… Il se met à faire froid. On se brosse les dents, on se souhaite bonne nuit et on s’installe dans nos duvets.
Sales mais heureux d’être là. Il est 20h, le minuit du hiker.

C’est tout droit

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.