J 21 – 21 mai. Mont Baden-Powell puis mile 379,5

Spread the love

Belle et éprouvante journée. Elle a commencé avec un super lever de soleil au dessus des nuages. Le temps de faire sécher les tentes, de manger un morceau et de prendre quelques photos, on lève le camp.

Lever de soleil
Au dessus des nuages
Blogger et Psycho

Psycho et moi avons deux destinations différentes. Il choisit de bifurquer vers Wrightwood (pour y passer l’après-midi et la nuit), j’ai décidé de continuer le PCT. Je ferai une pause à Agua Dulce dans 90 miles.

Je laisse partir Psycho – on se retrouvera à Agua Dulce – et je me mets en route à un rythme plutôt cool. Un brouillard épais et très humide a envahi la montagne. Au fil de la progression, je ressens le froid et je suis obligé de sortir le pantalon et la veste coupe-vent. Des petits cristaux de glace se déposent sur moi. Ils recouvrent les arbres comme sous l’effet d’une tempête de neige.

Dans le brouilard
Et le givre

La neige, justement, fait son grand retour, après la chaleur du désert de ces derniers jours. Le PCT traverse d’ailleurs un vaste domaine skiable avant de redescendre vers la route et le parking du trailhead d’Inspiration Point.

Remontées mécaniques
Retour de la neige sur le PCT

Il fait tellement froid que je m’assoie derrière le bâtiment des toilettes publiques pour faire une courte pause déjeuner. Il y a plus glamour.

Triste époque

Après cette matinée tranquille et humide (et 13 miles parcourus), je passe au plat de résistance. Le sentier va encore progresser en forêt, en traversant quelques campground (au passage merci à la water cache de GrassyHollow) et une zone signalée comme habitée par les ours. Comme j’évolue dans une vraie purée de pois, je me fais mon petit flip et je me mets à chanter à voix haute. Imaginez la tête d’un ours entendant du Cabrel ou du Goldman (excusez le répertoire, mais c’est ce qui m’est venu naturellement).

Puis, après un dernier parking perdu dans le brouillard, c’est la montée vers le maitre des lieux, le Mont Baden-Powell et ses 2865 m. Ce n’est pas le plus haut sommet, mais à l’instar du Canigou ou du Ventoux, il offre une vue contrastée à 360 degrés sur sa région. Courte montée (4 miles) mais sillonnant dans sa deuxième moitié dans un paysage totalement enneigé.

Sans équipement, la prudence est de mise. C’est là, alors que je n’ai rencontré personne de la journée, que je retrouve quelque hikers. Parmi eux, un français (enfin) prénommé Mika, parti de Campo le 29 Avril. Il se trouve qu’il connait 24miles car nous avions échangé un peu dans la phase de préparation.

Dans cette ascension, attentifs à chaque pas dans la neige et la crainte de glisser sur plusieurs mètres en contrebas, on n’a pas vraiment le temps de lier connaissance, mais nous le trouverons plus tard. Pour l’heure, je suis pressé d’en finir avec le Baden-Powell pour redescendre trouver un emplacement pour la nuit. Car outre la fatigue générée par les miles parcourus depuis ce matin, le vent est vraiment froid et violent.

A la bifurcation qui mène au sommet du Baden-Powell, je fais les derniers hectomètres à l’énergie et j’arrive au sommet. Un couple d’hikers US est en train d’immortaliser l’evénement. Ils me proposent une photo que j’accepte volontiers ( c’est toujours mieux qu’un selfie). Je reste un peu à contempler le paysage (la brume s’est dégagée) et la grande plaine de Los Angeles qui s’étale devant moi. Il y a une stèle à la gloire du sieur Baden-Powell (inventeur du scoutisme), un drapeau américain et, dans une boite, un livre de registre (trail register) que je signe. Puis je redescends vers le PCT.

Vue sur la plaine de L.A
Mais qu’il est content !

Il est 18h30 et, vu le vent et l’altitude, urgent de trouver un emplacement pour la nuit. Mais il va falloir encore évoluer une heure dans la neige, chercher le sentier encore recouvert, faire quelques glissades (sans danger), avant de trouver un endroit à peu près convenable. Au pied d’un névé et vaguement à l’abri du vent.

Une nuit à 2800 m

Repas rapide. Je me glisse rapidement dans mon sac de couchage pour me reposer de ces 22 miles d’effort. Dehors, c’esr le vacarme du vent dans les branches des sapins.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.