J 43/44 – 12 et 13 juin. Kearsarge Pass puis repos à Bishop

Spread the love

J’ai souffert des yeux toute la nuit. Les paupières gonflées et des contractions qui provoquent des crises de larmes. Au petit matin je me regarde dans le miroit: « monster face ». Impossible de garder les yeux ouverts devenus très sensibles à la lumière.

ophtalmie des neiges

Il n’y a que 8 miles pour grimper jusqu’à Kearsarge Pass puis descendre vers une route de montagne où nous comptons faire du stop pour Bishop. Mais sans lunettes de soleil, ça devient une épreuve.

J’enfile un bluff qui recouvre le visage, j’arrive à voir à travers et à distinguer ce qui est devant moi à 2 metres. Avec Psycho qui me guidera, je le suivrai sur toute la montée du col et jusqu’à la route.

La face cachée du PCT
On y va

Le moral est au plus bas. Je me concentre sur la douleur. Les yeux pleurent en permanence et j’ai absolument besoin de trouver une pharmacie à Bishop. Il s’agit probablement d’une ophtalmie des neiges. Nécessitant repos dans le noir et un collyre adapté.

Je ne verrai rien du parcours et de Kearsarge Pass. Qu’il faudra de toute façon passer dans l’autre sens au retour de Bishop.

Beau Lac au pied du Kearsarge pass

Peu de photos, prises au hasard et avec le concours de Psycho. Au sommet, Crocodile me prête ses lunettes et enfile une moustiquaire de tête pour se protéger aussi. Ces deux-là m’ont vraiment épaulé pendant ces quelques heures !!!

Lunettes noires pour descendre

Au parking de la petite route de montagne, nous poireautons une heure (je me réfugie côté ombre des toilettes sèches). Un type nous embarque vers Independence d’où nous faisons du stop pour Bishop. Nous nous postons à la sortie de la bourgade, sous une chaleur d’enfer, et levons le pouce.

En attendant les autos

Au bout d’une heure trente (…) Un immense van s’arrête et deux jeunes, enthousiastes, nous invitent à monter dans cette maison roulante.

Road To Bishop

Le moral remonte. Le repos et les soins à Bishop s’approchent. En discutant avec nos « sauveurs », je découvre qu’ils sont frère et soeur, originaires de Lausanne et qu’ils entament un immense road trip aux USA dont ils sont devenus citoyens. 45 minutes d’ondes positives et d’énergie communicative. Ils iront même jusqu’à m’offrir une paire de lunettes de soleil. Nous échangeons aussi quelques mots en français, parlons de leurs projets et nous enthousiasmons pour nos périples respectifs.

Merci infiniment Nisha et Shantam pour ces moments de réconfort. Bonne route et nombreux succès dans vos projets !

Nisha
Shantam

Arrivés à Bishop, nous nous dirigeons vers une pharmacie. Verdict: ophtalmie des neiges. Repos à l’abri de la lumière, lunettes sombres et collyre vitamine A. On trouve facilement un hôtel (une chambre qu’on partage à 3, j’ai droit au plus grand lit).

Pharmacie
Hotel

La soirée et la journée qui suivront sont classiques de nos days zero. A ceci près que je suis le seul client d’un resto à dîner avec des lunettes de soleil.

Lessive, ravitaillement, repos, alimentation +++. J’ai surtout passer mon temps à l’abri du soleil. La nuit m’a été bénéfique et j’ai déjà un oeil qui peut rester ouvert.

On mange du guacamole, des chips et des fraises dans la chambre. On répare le matelas gonflable de Psycho. Crocodile va récupérer 10 ans chez le barber shop (exit la barbe blanche) et je mets à jour ce blog.

Bref, la routine des jours off. Dernier repas au grill bowling du coin puis retour à l’hôtel. Demain, nous prenons le bus à 7h pour Independence. Puis autostop pour retourner sur le PCT. Je croise les doigts pour que mes yeux se remettent à contempler la Sierra sans en souffrir.

Entrée du resto et Bowling
Bishop, route principale
Bishop, au coucher du soleil

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.