J 55 – 24 juin. Mile 926

Spread the love

Jambes de coton, sac trop lourd, manque de sommeil… J’ai déjà remarqué que les journées de reprise (après un zero day) sont difficiles à gérer. Comme s’il fallait « remettre en tension » le corps et l’esprit. Ce 24 juin ne sera pas la journée la plus exaltante de cette aventure. Mais elle y a sa place, comme les autres.

Départ tardif de l’hôtel, car on a laissé dormir Psycho jusqu’à 8h00. Ça m’a permis de passer plus de temps au petit-déjeuner et de prendre des nouvelles du pays.Rejoindre le trailhead est une vraie galère, avec toutes ces routes fermées. Un type nous embarque jusqu’au domaine skiable – les pistes sont ouvertes- et nous ferons le reste à pied sur une route déserte.

Le symbole de la ville
Encore quelques pistes de ski ouvertes

Quand nous rejoignons le PCT, il y a toujours cette satisfaction de retrouver ce sentier familier et de continuer l’aventure.

Une partie peu enneigée

Les premiers miles sont sur un terrain peu enneigé. Mais ça ne dure pas longtemps. Cette partie de la Sierra à connu des chutes de neige historiques cette année. Il en résulte, avec la fonte de ces dernières semaines, un terrain parsemé de « Sun caps » profondes. Des petits trous d’obus qui rendent la marche pénible et approximative.

Difficile de marcher sur des « sun cups »

Au gré de pauses régulières (ce n’est pas la grande forme), nous atteignons le col du jour « Island Pass », relativement discret et accessible. Puis nous descendons vers les rivières alimentant le Waugh Lake.

Comme pour illustrer cette journée « neutre », les deux torrents sont franchis sans aucune difficulté. Le premier grâce à un solide pont de neige, le second sur un tronc en travers.

Finalement, le seul enjeu sera de trouver dans cette partie boisée et très enneigée, un espace dégagé pour installer le campement. Chose faite après plusieurs minutes de recherche, avec pour chacun des 3 fantastiques, un terrain plat et sec.

Le seul fait marquant de la journée aura été de voir, à 10 mètres devant nous, un arbre tomber. Un craquement énorme,en guise d’avertissement, suivi d’une chute spectaculaire d’un arbre immense ayant vécu sa belle et rude vie montagnarde. Quelques éclats, beaucoup de poussière et un enseignement: le danger est partout. Désormais, quand je choisis un emplacement pour une pause ou pour la nuit, je m’assure de la santé des conifères qui m’entourent.

« On reste dieu merci, à la merci d’un conifère » (La superbe. B.Biolay)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.