J 63 – 2 juillet. Mile 1056

Spread the love

Les cours d’eau autour de notre emplacement sont gelés ce matin. Il a fait vraiment froid cette nuit. Pour autant, j’ai dormi comme un loir.

Nous ne décollons qu’à 8 heures. L’objectif est de faire au moins 20 miles, malgré les très nombreuses zones enneigées. Le chemin alterne les montées et descentes, dans des paysages contrastés.

Vers Wolf Creek Pass

La montagne est constituée ici de roche volcanique, sombre et friable. L’enneigement y est encore important, notamment sur les versants nord, ralentissant fortement la progression.

Paysage classique de cette section

Il faut veiller à ne pas marcher sur les ponts de neige, devenus de vrais pièges. Ni aux abords des rochers, où l’on s’enfonce

Les ponts de neige …
… sont de vrais pièges

profondément. Encore moins se trouver sur la trajectoire d’une coulée de neige.

Petite coulée de neige
Avec quelques dégâts

Dès que le chemin est dégagé, c’est un vrai plaisir d’y évoluer.

PCT mode dry
Et chemin visible

A Ebbetts Pass, le PCT croise une petite route de montagne. De loin on aperçoit un groupe de hikers autour d’une table. Yes, trail magic !

Trail magic

C’est ici qu’un trail angel, Chipmunk, retraité, offre pendant 2 mois (depuis 9 ans) nourriture, boissons, réconfort aux PCT hikers. Ce colosse de 2 mètres est aux petits soins pour nous, il met à disposition une trousse de pharmacie, un bloc de recharge pour les appareils électroniques, des tables, des chaises… Il nous cuisine même des oeufs au chili. Nous le remercions comme il se doit, touchés par tant de générosité. Il refuse toute forme de don et considère que c’est lui qui a « la chance de rencontrer des gens extraordinaires ».

Chipmunk
Big Chipmunk, amazing guy !
Préparation des oeufs au chili
Bon appétit
Rassemblement de hikers

Nous repartons, totalement reboostés, pour avaler les miles restants. Encore un peu de neige, puis le paysage se dévoile laissant entrevoir une superbe zone lacustre.

Nord Sud
Kinney Lake

Pendant deux heures, nous progressons, Psycho et moi, au même rythme que 3 autres hikers, dans des vallées dégagées et sous des barres rocheuses.

Après 22 miles, nous arrivons dans une zone de crête, au pied du Raymond Peak, pour y établir le campement. L’endroit est relativement exposé au vent, mais, au moins il est sec. Les deux miles enneigés qui suivent n’offrent rien de bon.

Campement
Vue panoramique

Le dîner est vite expédié (on avait pris de l’avance avec le trail magic), en profitant toutefois de la vue sur le ciel flamboyant de cette fin de journée.

Nous ne sommes plus qu’à 35 miles de South Lake Tahoe, soit 1,5 jour. Où nous comptons profiter des festivités du 4 juillet.

Je stabilise bien la tente, car le vent souffle fort, m’installe dans le sac de couchage et choisis une playlist pour m’endormir. Les classiques de la Motown viennent avantageusement couvrir le sifflement du vent. Ain’t no mountain high enough (Marvin Gaye).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.