J 69 – 8 juillet. Truckee puis Mile 1160.

Spread the love

En jargon de PCT hiker, on appelle cette journée un Nero (Near zero = presque zero). Car nous l’avons passée en partie à Truckee pour nous ravitailler.

Les 10 miles et 2 montées de la matinée sont assez vite expédiés. Il y a de moins en moins de parties enneigées et le chemin reste assez longtemps en ligne de crête.

Chemin de crête, le top.
Sections sans neige

J’ai quand même évité de m’aventurer sur les snowpacks qui commencent à fissurer (certaines crevasses font peur). Notamment le versant sud de Squaw Valley que j’ai contourné par le haut.

Squaw Valley

Il n’est que 11 heures quand nous arrivons à Donner Pass. Rejoindre Truckee par autostop est une formalité. Nous sommes pris immédiatement par Ron, un retraité du Nevada (Reno n’est qu’à quelques miles) amateur de randonnée. Il nous laisse près du Safeway.

Pas de pub svp

Je vais optimiser ces quelques heures dans cette station touristique en me restaurant d’un triple burger + frites + boisson à volonté. Puis en allant prendre un café frappé chez Starbucks pour utiliser le wifi et « bloguer » les derniers jours. Enfin en me ravitaillant : deux nouvelles paires de chaussettes injinji (pour remplacer les reliques qui ont fait plus de 1100 miles) et deux jours de nourriture (fruits et laitages).

A quoi ressemble une chaussette après 1100 miles.

Beaucoup de personnes me croisent et m’interpellent: « PCT hiker ? ». Ils me font un signe amical, pouce levé, lorsque j’aquiesce. Avec un commentaire toujours positif : « Awesome », « Tough guy » ou « have à safe trail ». Depuis plus de deux mois, je suis témoin de la générosité et de l’admiration des américains à l’égard des thru-hikers. Et je ne m’y habitue toujours pas (en bon français que je suis).

Justement, en retrouvant Psycho, parti s’acheter un filtre à eau chez le outfitter, nous sommes abordés par Tom, un membre de la snow patrol (pisteur) de Truckee. Il nous questionne à propos de la neige, des risques d’avalanche, de la traversée des torrents etc… Puis nous propose son aide pour repartir sur le trail. Nous acceptons volontiers et nous voilà embarqués dans sa voiture pour remonter vers le col.

Tom, pisteur et trail angel

Nous allons ensuite marcher quelques miles, en mode tranquille, jusqu’à Castle Pass où nous choisissons de camper. L’endroit est charmant, avec une vue panoramique permettant de profiter à la fois du ponant et du levant. C’est l’occasion de dîner des produits frais achetés pour l’occasion. Pain complet, avocats, salade de thon, vieux cheddar, framboises, yaourt grec… Ça change de la purée et des ramen.

Campement à Castle Pass

Je lis également avec attention les très nombreux messages et commentaires reçus ces derniers jours. Ils sont chaleureux, bienveillants, humoristiques, … Certains sont même émouvants et je me retrouve à essuyer quelques larmes (de bonheur) face au soleil couchant. Amis lecteur, je vous kiffe !!!

Lumière du soir

La lumière du soir est superbe. Pour une fois, nous attaquerons l’étape de demain par une descente. Et comme il y a du réseau, j’aurai la chance de débuter la journée du côté de Bayonne en embrassant ma muse.

Coucher de soleil depuis Castle Pass

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.