J 71 – 10 juillet. Sierra City (puis Mile 1202)

Spread the love

Première journée de canicule incluant un arrêt de quelques heures dans la petite ville de Sierra City.

La matinée se résume à une longue et progressive descente pour rejoindre Sierra City. Pour la première fois, les microspikes sont restés au fond du sac. Pas de neige. Que de la forêt. Le chemin est presque tout le temps en sous-bois.

Chemin en sous-bois
Le long des falaises

En marchant vite, j’ai l’avantage d’echapper aux moustiques et d’arriver en ville plus tôt. Je profite également de la rivière Haypress Creek pour me baigner (laver) dans les derniers miles.

Baignoire d’un jour

Sierra City, comme son nom ne l’indique pas, est en fait une minuscule bourgade de 200 habitants à l’extrémité nord de la Sierra Nevada. Sur une centaine de mètres, on y trouve tout ce qui est nécessaire à un hiker fatigué, affamé et assoiffé: bars, restaurants, un general store, un bureau de poste et plusieurs hôtels.

Sierra City

A 11h00, je passe au General store pour récupérer mon colis de ravitaillement (expédié depuis SLT) et acheter des fruits et des boissons fraîches. Je m’installe à une table et profite un peu de la fraîcheur du magasin et du wifi.

General store
École pro PCT

Psycho arrive vers midi et récupére également son colis. Nous allons dejeuner au Red Moose d’un hamburger maison. Les quelques touristes attablés nous questionnent sur le PCT. C’est fou comme les gens sont bienveilants à notre égard.

Red moose

Puis nous trainons un peu au bar d’en face autour d’une bière en attendant que la température diminue. Cela me permet de recharger l’électronique et de mettre à jour le blog.

Vers 17h30, nous décidons de reprendre le chemin. Alors que nous prenons nos sacs, une voiture s’arrête et son conducteur, Brian, un pompier volontaire, propose de nous conduire au trailhead. Evitant ainsi 2 miles sur le bitume surchauffé. Thanks.

Merci Brian

Après, c’est une interminable montée de 1200 mètres de dénivelée en 2 heures. A flanc de montagne, sur un chemin caillouteux et très escarpé. Le paysage est superbe mais l’envie d’arriver au sommet l’emporte sur l’émerveillement.

Enfin, à 19h30, je retrouve un peu de plat pour poser la tente, légèrement en hauteur du chemin. Il y a d’ailleurs d’autres hikers qui campent à proximité.

Ma chambre dans la lumière du soir

La tente installée, j’attends Psycho qui a décroché dans la dernière montée. Peine perdue. Il a dû suivre le chemin, sans remarquer les tentes ( fatigue) et aller se poser quelque part.

Je profite d’un magnifique point de vue et dîne en prenant quelques clichés du soleil couchant. A cette altitude, il fait bon et les moustiques sont rares. Encore quelques jours comme cela avant de quitter la montagne.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.