J 75 – 14 juillet. Mile 1316

Spread the love

En ce jour de fête nationale, j’aurais aimé atteindre, pour le symbole, le halfway (le milieu du PCT). Mais vu le profil de l’étape, je suis satisfait d’avoir parcouru 30 miles.

En effet, depuis Belden, le chemin progresse en montée continue sur près de 16 miles (25 km) puis en dents de scie pendant 14 miles. Ce n’est pas particulièrement difficile, après 2 mois et demi d’entraînement, mais sous une forte chaleur, peu de chances d’aller vite. Et surtout après etre parti … à 9h30. Et avoir pris un énorme petit déjeuner au bar de Belden.

Petit déjeuner au bord de la rivière

Dès le départ, nous convenons d’aller le plus loin possible pour nous assurer une courte étape le lendemain (Nero à Chester).

Je pars légèrement devant Psycho. Le départ de Belden est plutôt agréable: traversée sur le pont, passage devant un ancien moulin puis chemin en surplomb de la rivière.

Ancien moulin
Rock Creek

Puis, pendant 5 heures, je grimpe sur un chemin escarpé très sec dans une véritable fournaise. Les rares points d’eau traversés sont l’occasion de rafraichir la machine (30 secondes d’immersion) et de boire énormément.

Peu à peu, l’écart avec Psycho se creuse. Au sommet, je rattrape in groupe de hikers partis vers 7h00. Je continue ma marche jusqu’à une petite prairie dans laquelle coule un minuscule ruisseau. Une partie du gazon naturel a disparu et est parsemé de minuscules fleurs mauves. J’y fais une courte pause déjeuner.

Tapis mauve

Le chemin continue à s’élever, longtemps en forêt, puis sur des portions de crêtes très sèches et constituées de roche volcanique.

Chemin de lave

Après 26,5 miles, un emplacement possible ne dispose plus d’eau. Le ruisseau en aval s’est tari en début de semaine. Malgré l’heure avancée, je continue 3,5 miles de plus pour un autre campement.

Quand j’y arrive, deux hikers viennent juste de s’installer. Jessica (Savage Beast) et un allemand. Partis à 6 heures ce matin, ils sont épuisés. Pas plus en forme qu’eux, je leur demande s’ils ont trouvé le point d’eau, pour pouvoir tout de suite aller remplir les bouteilles. En fait, ils ne sont pas encore allés à la source, située …500 mètres en contrebas. Je me propose d’y aller et de leur ramener 1 litre chacun. Il me faudra 30 minutes pour m’assurer de cette « corvée », éviter un serpent et remonter 5 litres.

« Saloperie » en bord de ruisseau

Il fait presque nuit. Aucun autre hiker ne nous rejoindra au campement. Le dîner sera vite expédié et chacun tentera de s’endormir rapidement pour une nuit réparatrice. Malgré la visite impromptue de quelques cerfs en quête de nourriture. En fait, il faut rentrer les sacs à dos dans les tentes car ils recherchent le sel (sueur sur les bretelles). Nature hostile. Mais tellement belle.

Deep forest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.