J 87 – 26 juillet. Mile 1599 puis Etna.

Spread the love

5 petits miles et puis s’en va …. se reposer à Etna. Il sera temps de faire decrasser le moteur, de nettoyer la carrosserie et de refaire le plein. Sans oublier de boire quelques bières pour être au diapason des « festayres » des fêtes de Bayonne. Clin d’oeil au pays.

Le réveil au bord du lac, c’est juste magique. Toujours cette quiétude et cette lumière douce. L’impression de solitude n’est en rien angoissante Bien au contraire, le lac est caché en hauteur du chemin et à l’abri des regards. On s’y sent en sécurité.

Réveil au bord du lac
Smith Lake en contrebas

Que dire du parcours du jour ? J’ai pris mon temps et apprécié le paysage (et oui tout arrive) plus varié que ces derniers jours.

Paysage du Klamath NF
Paysage du Klamath NF
Encore un tout petit peu de neige
Verte Californie

Au croisement de la Sawyer Bar road, la première voiture qui passe s’arrête. Je pense qu’ici, le PCT est une institution et qu’aucun autostoppeur ne reste sur le carreau. Mes conducteurs (un couple sympa qui se rend « à la ville » d’Yreka) m’offrent même 2 tokens pour une bière gratuite chez Paystreak brewing.

Welcome PCT hikers

Etna est un gros village posé au milieu de la Scott Valley. Il dispose de tout ce qu’un hiker a besoin: quelques hôtels et restaurants, une boulangerie, une brasserie, un general store, un supermarché, un bureau de poste, une piscine extérieure (accessible gratuitement) et un petit parc municipal autorisant le camping aux PCT hikers. Ce dernier dispose de sanitaires, douche (5$), tables, station de recharge et wifi ouvert. Que demander de plus ?

Au general store, j’achète deux barquettes de fraises et un soda puis m’installe dehors à l’ombre pour manger. Je retrouve « Savage beast » Jessica en train de ranger son réapprovisionnement dans son sac. Elle est arrivée une heure avant moi et compte repartir ce soir. Il y a aussi Mejicano, que je vois pour la première fois, un mexicain parti le 7 avril. Nous discutons et partageons notre apéro insolite – les fraises ont du succès – avant d’aller manger un hamburger au resto voisin. Sans oublier d’utiliser les jetons pour une bière gratuite.

Savage beast et Mejicano

L’après-midi est vrai moment de détente au parc. Ma tente installée à l’ombre, je prends une douche, lave quelques vêtements et profite du wifi pour passer quelques appels. Puis entre deux posts sur le blog et quelques photos des biches peu effarouchées qui se baladent, je fais une sieste.

Camping au parc municipal
Faune locale
Biche et ses 3 bambis.

En fin d’après-midi, je salue Jessica et Mejicano qui repartent sur le PCT, puis me balade dans Etna avant d’opter pour le resto du soir.

Rue principale
Mini librairies
Elle roule encore
Restaurant Distillerie

Je choisis de dîner dans la superbe brasserie-distillerie Denny BarCo pour une vraie pizza au feu de bois. Beaucoup de clients ce vendredi soir et une ambiance à la fois classe et chaleureuse. Je m’offre même un cocktail en guise de dessert. On est loin du quotidien du PCT hiker, mais il faut aussi ce genre de moments pour tenir sur la durée de l’aventure.

En sortant du restaurant, je constate que l’air du soir est saturé de fumée. Cette brume provient d’un feu de forêt qui sévit depuis 2 jours dans le sud Oregon. Le PCT qui passe plus à l’ouest n’a pas été fermé. Mais il faudra composer avec cet air enfumé.

Etna dans la brume du soir

Quelques messages à Psycho qui est sans doute 1/2 journée derrière moi, un dernier tour sur le blog, puis c’est l’extinction des feux. Une journée vraiment relaxante.

Ancien blason du PCT
Un bon spot pour la nuit

4 commentaires sur « J 87 – 26 juillet. Mile 1599 puis Etna. »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.