J 86 – 25 juillet. Paynes Lake (Mile 1594).

Spread the love

Et oui, même pas 30 miles !!! Mais le lac est trop beau, invitant à se poser au calme, se baigner et passer la nuit sur le rivage.

Bon, il ne faut pas exagérer. Je viens de réaliser une troisième grosse journée. Toujours en ayant aussi mal aux pieds. Toujours en étant aussi peu « emballé » par le paysage.

Ma carotte, c’est de passer demain un gros « nero » day (near zero) dans la petite ville d’Etna. La route qui y mène n’est qu’à 5 miles.

Je suis parti ce matin à 6 heures. Ayant dormi rapidement et profondément, je m’étais réveillé à 5 heures sans pouvoir me rendormir. Les premiers miles, à la fraîche, sont vite avalés. Le chemin sort de plus en plus de la forêt pour se retrouver à flanc de montagne. Le relief est très accidenté, composé d’aiguilles de granit et d’eboulis. Beaucoup d’arbres brûlés ajoutent une touche de désolation à cette montagne du Nord Californie.

Le chemin change parfois de versant, histoire de nous remettre une couche de Mont Shasta. Mais aussi de traverser quelques ruisseaux (rares) bienvenus. Et comme on finit par s’habituer à tout, je trouve même que le paysage gagne en intérêt à partir de l’entrée dans le Russian Wilderness. 

Entrée dans Russian Wilderness
Le PCT sort du bois
Et prend de la hauteur

Vue panoramique, passages vertigineux, lacs d’altitude et nombreux ruisseaux. Avec de temps à autre, une vue sur la Scott Valley et ses anciennes mines.

Jackson Lake
Au loin, Scott Valley
Lys de montagne

Je croise quelques randonneurs à la journée. L’un deux, habitant Etna, m’apprend que la Scott Valley est le coeur de revendication de la création d’un 51eme état : le Jefferson State. C’est loin d’être une plaisanterie et basé sur une réalité historique. Et puis, ce qui m’amuse c’est quand il ajoute : » la Californie est déjà suffisamment grande. Ici elle ne sert à rien ». Sentiment partagé par un PCTiste qui n’en finit pas de marcher … en Californie.

J’ai bien pensé poursuivre mon chemin jusqu’au Mile 1599 pour rejoindre Etna dès ce soir, mais j’avoue avoir vite abandonné cette idée. D’abord je suis fatigué par ces grosses étapes. Ensuite, j’aurai plus de chances d’avoir un « ride » demain matin plutôt que vers 20h00 ce jour. Enfin, il y a ce spot d’enfer qu’est le Paynes Lake.

Paynes Lake 1
Paynes Lake 2

J’installe la tente, au bord de l’eau, entre deux arbres. Puis je me mets en boxer pour une baignade de 30 minutes dans une eau tempérée (Le lac est chauffé par le soleil toute la journée). Intense sensation de liberté. Autour, il n’y a rien, ni personne.

Chambre avec vue sur piscine

Je m’allonge sur un grand rocher plat pour sécher. J’observe les ronds dans l’eau (truites) et le ballet des libellules. Toute la fatigue accumulée semble s’être évaporée et laisse place à un profond sentiment de bien être.

Lake Placid

Je dîne avec Katie Melua, Norah Jones, Damien Rice, Muse et quelques autres. Chacun à sa manière semble en harmonie avec cette soirée au bord d’un lac perdu dans … l’Etat de Jefferson. Et je vis intensément la chance que j’ai d’être ici.

Seasonal stream
Klamath valley

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.