J 94 – 2 août. Mile 1779

Spread the love

Je suis dans le fameux « tunnel vert » décrit par Sheryl Strayed. A l’abri du soleil, sous les arbres majestueux et sur un sol souple et sablonneux.

Tantôt étroit
Tantôt large

Viennent agrémenter ce long cheminement quelques étangs et lacs ainsi que des éboulis de pierre de lave. Car nous sommes ici au coeur d’un parc volcanique.

Etang
Pierres de lave

Dans ces conditions, c’est devenu une habitude, je marche à un rythme soutenu (en musique ou en podcasts). Ainsi, à 13 h j’atteins la jonction qui mène au Fish Lake Resort. Cette fois ci, je fais les 2 miles de détour pour rejoindre ce lieu prometteur (Un bar restaurant, une épicerie et un beau lac). Je vais y passer 2 heures, le temps de recharger toutes les batteries. Celle du smartphone et celle du bonhomme.

Fish Lake

Le lieu est touristique mais tranquille. Fréquenté par des cyclistes, kayakistes et amateurs de pêche. Le hamburger spécial hiker est correct et passe très bien avec 5 verres de soda.

Je repars vers 15h30 pour quelques miles de plus. Mon objectif est d’aller poser la tente au bord de Squaw Lake, légèrement à l’écart du chemin (1 mile à l’est). Pour le calme, la vue mais aussi l’eau. Car les points d’eau vont se faire de plus en plus rares lors des prochaines étapes.

Squaw Lake s’avère réellement pittoresque. Bordé de sugar pines et de bouleaux, il se dévoile au dernier moment après un court détour off PCT. Je choisis un emplacement (légèrement aéré) au bord de l’eau.

Encore un bel emplacement

Pendant que j’installe la tente, je me rends compte que je ne serai pas tout seul ce soir. Des dizaines de moustiques s’invitent à la fête. Présents toute la journée sur le chemin, ils sont évitables en se déplaçant rapidement, mais le soir ils redoublent d’agressivité. Moustiquaire de tête et pantalon de rigueur. Dans de telles conditions, vu le nombre de piqûres que je collectionne, j’utilise aussi un répulsif 100% deet. Le seul réellement efficace dans cet environnement.

Sortez couvert
Pas de pitié

Je dîne sous la tente puis passe une partie de la soirée à lire les nombreux commentaires et messages de soutien, suite aux derniers posts du blog. C’est une impression étrange de s’endormir seul au milieu de la forêt en étant « connecté » à tant d’autres personnes. Étrange et réconfortante.

Peaceful at night

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.